le ponte Vecchio

le ponte Vecchio

23 oct. 2010

Hier encore


le soleil nous offrait toute cette lumière précieuse dont nous avons tant besoin en cette saison. et voilà que ce matin au moins c'est clair, il pleut généreusement, tant pis pour la petite cabane à outils que j'avais prévu de repeindre, un beige gris taupe de la même couleur que les troncs d'arbres qui l'entourent...et le toit ondulé rouillé par endroit gris zinc ... ce sera peut être pour demain...carpe diem...

20 oct. 2010

Rendez vous

C'est le rendez-vous des pêcheurs de palourdes, qu'importe le coefficient.

18 oct. 2010

Les coquilles des palourdes sont des paysages



Un ciel bleu qui donne vraiment envie d'aller marcher, emmitouflé, protégé par un large plaid doux, un long k.way, surtout ne pas oublier les bottes en caoutchouc, indispensables..Renifler le vent du large, marcher dans le silence, sur les larges étendues de sable bosselé, la vie est partout, quel bonheur d'être là, regarder en plissant les paupières, les flots somptueux remonter avec en arrière son les cris des mouettes. En rentrant je ferai dégorger les palourdes dans un affreux seau en plastique très pratique, je changerai l'eau de mer plusieurs fois, et je les ferai ouvrir dans une grande cocotte en remuant sans les quitter des yeux,et puis j'aurai le choix entre une belle soupe légère, des palourdes à la crème ou tièdes au basilic, ou encore des palourdes au whisky avec une pluie de persil et quelques gouttes de jus d'orange. Je servirai très chaud , un vrai bonheur!

14 oct. 2010

La Maison des Chats



un mercredi après midi créatif et gourmand à "La Maison des Chats "

2 oct. 2010

Le yoga de la nutrition



Lorsque nous allons contempler le lever du soleil, c'est pour goûter cette nourriture céleste, l'ambroisie, que le soleil distribue partout et dont les rochers, les plantes, les animaux, les humains, toute la création , recuillent des particules. D'ailleurs, les plantes sont plus intelligentes que les humains; chaque jour elles se lient au soleil pour pouvoir donner des fruits. Tandis que les humains dormiront jusqu'a midi, ou bien ils iront voir le coucher du soleil. Au lieu de regarder ce qui monte, ce qui grandit et s'épanouit, ils préfèrent regarder ce qui descend, ce qui tombe, meurt et s'efface. Et comme il existe une loi d'après laquelle on finit par ressembler à ce que l'on regarde, à ce que l'on aime, alors, eux aussi, intérieurement, commencent à s'afaiblir , à sombrer.Le sens de la vie est caché dans la nutrition, vous le découvrirez si vous vous occupez de n'introduire en vous que des particules pures, lumineuses, des quintessences célestes, éternelles. Ces particules vous les trouverez dans le soleil. C'est pourquoi, chaque matin, concentrez vous sur le soleil, et tachez de respirer, d'absorber ces quintessences qu'il propage. Vous verrez comment votre santé va s'améliorer, votre intelligence s'éclaircir, votre coeur se réjouir et votre volonté se fortifier. Le soleil est la meilleure des nourritures. Pourquoi se limiter aux éléments de la terre, de l'eau, de l'air? il faut apprendre à se nourrir avec le feu, avec la lumière. Et c'est ce que nous faisons au lever du soleil. quand Zoroastre demanda à Ahura Mazda de quoi se nourissait le premier homme, Ahura Mazda lui répondit:" il mangeait du feu et il buvait de la lumière" C'est- à -dire les rayons et la vie du soleil grâce auxquels on peu comprendre tous les mystères de l'univers"
Extrait du "Yoga de la nutrition" par Omraam Mikhaël Aïvanhov (éditions Prosveta )


Je te salue et je t'embrasse Emilie si tu regardes...

1 oct. 2010

les trois thés



La librairie du château des ducs de Bretagne à Nantes regorge d'ouvrages sur l'Asie. J'en ai choisi deux "L'éternité n'est pas de trop" de François Cheng ( je l'avais déjà lu et prêté je ne sait plus à qui ...) et Contes de la chambre de thé par Sophie de Meyrac, Albin Michel .
Installée au fond du canapé, calée entre de bons coussins, enveloppée de la tête aux pieds par des plaids aux couleurs chaudes, je me demande jusqu'à quand ce salon va être supportable, l'humidité n'a pas encore franchi les murs épais. il ne fait pas froid, dehors il pleut il vente c'est tout, rien de terrible pour l'instant, tout près la cheminée crépite doucement.
"Hideyoshi parcourt la campagne, il s'arrête chez un seigneur, il désire boire du thé. Le serviteur, très jeune, apporte un bol de thé largement rempli, le thé est presque tiède. Hideyoshi s'étonne de ce manque d'usage, mais ne dit rien . Le serviteur attend. Quand le bol est vide, immédiatement il présente un second bol, d'un thé plus serré, au goût plus fin. Hydeyoshi est surpris mais il goûte le thé et ressent un grand bien être l'envahir. Et le serviteur lui sert un troisième bol, petit et étroit. Ce thé d'un goût très puissant est un peu épais, servi très chaud, presque brûlant. Hideyoshi demande au serviteur pourquoi il a servi trois thés différents. Le serviteur explique ceci: quand Hideyoshi est arrivé, il faisait chaud, il ressentait la fatigue du voyage. Le serviteur à servi un thé tiède pour rafraîchir et détendre le corps; ensuite il a présenté un thé qui rassemble l'énergie, le thé était plus serré; enfin un thé qui ait un véritable goût. Hideyoshi le félicite de sa finesse, et le nomme gouverneur d'une province. Ainsi, un simple serviteur, d'origine modeste sans famille, put accéder à un rang et recevoir un tel honneur pour son attention et son soin à servir le thé selon les circonstances plutôt que selon les règles."
extrait de Contes de la chambre de thé par S.deMeyrac (albin michel)


Les cosmos et les bambous dansent sous la pluie, les boutures de prêles tiennent bon, je les ai placé à l'abri des vents du sud, les potées de sédums remarquables presque pourpres résistent . Quand vient le froid de décembre je les abrite sous le cabanon bleu, j'enroule les pots avec du chanvre pour protéger les racines du froid, même chose pour les pots de bambous qui ont besoin d'être protégés et arrosés même en hiver.